Magie et sorcellerie

Auteurs-es

  • Michael Singleton LAAP

DOI :

https://doi.org/10.17184/eac.anthropen.099

Mots-clés :

Topologie, efficacité, ritualisme, tabou, (anti)sorciers

Résumé

L’absence de la magie et de la sorcellerie dans des bandes pygmées ou des communes hippy aux institutions informelles et aux idéologies indéfinissables fait penser que la confiance placée (pour le meilleur et pour le pire) dans l’efficacité automatique du recours à des formules et du matériel symboliques aurait surtout lieu dans des sociétés complexes aux divisions structurelles et aux spéculations systématisées.

Références

Douglas, M. (1974), Natural Symbols, Londres, Penguin.

Turner, C. (1965), Wayward Servants. The Two Worlds of the African Pygmies, Londres, Eyre & Spottiswood.

Evans-Pritchard, E. E. (1972), Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, Paris, Gallimard.

Singleton, M. (1976), «Who’s who in African Witchcraft?», Pro Mundi Vita, Bruxelles, p.1-41.

Singleton, M. (1990), «Which Christians? What witches? From a survey in S.W. Nigeria», Psychopathologie africaine, vol.23, n°1, p.61-76.

Singleton, M. (2009), «Le mal africain – pas si mal que ça!», Recherches sociologiques et anthropologiques, vol.1, p.146-161.

Singleton, M. (2015), Confessions d’un anthropologue, Paris, l’Harmattan.

Téléchargements

Publié

2020-06-20

Numéro

Rubrique

Entrées

Catégories