Universel

Auteurs-es

  • Gilles Bibeau Université de Montréal, Canada

DOI :

https://doi.org/10.47854/anthropen.v1i1.52278

Mots-clés :

universel, hégémonie

Résumé

On peut se demander pourquoi la civilisation occidentale a été celle qui a pratiqué, avec le plus de constance, un universel de surplomb qui a fini par se transformer, au temps des empires, en une hégémonie dominatrice. L’exportation des philosophies, des langues et des religions qui s’est ainsi faite à partir de l’Europe n’a pas concerné, du moins pas avec la même intensité, la Chine, l’Inde, le monde arabe, les Ottomans, les Incas et les Aztèques, et de quelques royaumes d’Afrique. Ces civilisations non-occidentales se sont bien sûr interrogées, elles aussi, sur la question de l’universalisme sans qu’elles aient cependant eu la capacité, ou ressenti le besoin, d’imposer « leur universel » aux peuples conquis. C’est en Europe que la thématique de l’universalité a été élevée à un statut d’absolu.

Références

Braudel, F., 1987, Grammaire des civilisations. Paris, Flammarion.

Chaunu, P., 1969, L’Expansion européenne du XIIIe au XVe siècle. Paris, Presses universitaires de France.

Diagne, S.B., 2022, De langue à langue. L’hospitalité de la traduction. Paris, Albin Michel.

Lévi-Strauss, C., 1955, Tristes Tropiques. Paris, Plon.

_____, 2015 [1973], Anthropologie structurale, tome 2. Paris, Plon.

Gorman, A., 2022, La colline que nous gravissons, Paris, Fayard.

Jullien, F., 2008, De l’universel, de l’uniforme, du commun, et du dialogue entre les cultures. Paris, Fayard.

Téléchargements

Publié

2023-10-10