Etranger

  • Nicole Lapierre CNRS
Mots-clés: étrangéité, pensée critique, décentrement, théorie nomade

Résumé

La « position de l’étranger » relie expérience du déplacement, renouvellement du regard et pensée critique. Tandis que les mondes se rapprochent, deux options s’offrent désormais à l’anthropologue. Il peut user de ses propres outils pour « jouer à l’étranger chez lui », ou coproduire un savoir où chacun est l’étranger familier de l’autre.

Références

Abélès, Marc (1990), Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin.

Abélès, Marc (2000), Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob.

Adorno, Theodor(1984), « Un étrange réaliste. Siegfried Kracauer », in Notes sur la littérature III, Paris, Flammarion.

Balandier, Georges (1985), Le Détour. Pouvoir et modernité, Paris, Fayard.

Ginzburg, Carlo (2001), À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard.

Kracauer, Siegfried (2006) [1969], L’histoire Des avant-dernières choses, Paris, Stock, Un ordre d’idées.

Lapierre, Nicole (2006), Pensons ailleurs, Paris, Gallimard, « Folio essais ».

Montaigne, Michel de, (2019) [1580], Des Cannibales, Paris, Mille et une nuits.

Saïd, Edward W., (2008) [2000], Réflexions sur l’exil et autres essais, Paris, Actes Sud.

Shapin, Steven et Simon Schaffer, (1993) [1985], Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La découverte.

Schutz, Alfred, (2003) [1944], L’étranger, Paris, Allia.

Simmel, Georg, (1999) [1908], « Digressions sur l’Étranger », in Sociologie, Paris, PUF.

Traverso, Enzo (2006), Siegfried Kracauer. Itinéraire d’un intellectuel nomade, Paris, La découverte.

Publiée
2020-04-07
Rubrique
Entrées