Violence extrême

Auteurs-es

  • Abderrahmane Moussaoui Université Lyon 2 et LADEC

DOI :

https://doi.org/10.17184/eac.anthropen.134

Mots-clés :

Violence extrême, Guerre, Souffrance, Crime, Inhumanité

Résumé

L’idée de « violence extrême » peut renvoyer à la guerre, bien que l’anthropologie ne l’ait jamais directement caractérisée ainsi. En effet, les scènes de guerre sont souvent le théâtre d’actes brutaux, et ce, même si le nombre de victimes n’est pas élevé. Ainsi, nous retrouvons une multitude d’actes pouvant être rattachés à la violence extrême et qui ont un lourd impact émotionnel.

Références

Coquio, C. (2005), «Violence sacrificielle et violence génocidaire», Quasimodo, no8, p.193-230‎.‎

Cronier, E. (s.d.), «Grande guerre et société», Encyclopædia Universalis, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/ (consulté le 15 mars 2020).

El Kenz, D. (2010), «Les massacres au temps des guerres de religion. Violence de masse et résistance», Sciences Po - Violence de masse et résistance, réseau de recherche, 4 janvier, https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/les-massacres-au-temps-des-guerres-de-religion (consulté le 19 juillet 2019).

El Kenz, D. (2011), «Le "massacre" est-il né aux guerres de Religion?», La Révolution française, vol. 3, https://journals.openedition.org/lrf/185?lang=es (consulté le 19 juillet 2019).

Kilani, M. (2006), Guerre et sacrifice. La violence extrême, Paris, PUF.‎

Kilani, M. (2009), «Violence extrême. L’anthropologie face aux massacres de masse», in ‎F. Saillant (dir.), Réinventer l’anthropologie? Les sciences de la culture à l’épreuve de la ‎globalisation, Montréal, Liber, p.109-128.‎

Le Bot, Y. (1992‎), La guerre en terre maya. Communauté, violence et modernité au ‎Gauatemala ‎‎(1970-1992), Paris, Karthala.

Le Cour Grandmaison, O. (2005), Coloniser, exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, ‎Fayard.‎ ‎

Leman-Langlois, S. (2006), «Le mégacrime, légitimité, légalité et obéissance», Criminologie, ‎‎vol. 2, no39, p.3-37. ‎

Mannoni, P. (2004), Les logiques du terrorisme, Paris, In-Press. ‎

Meyran, R. (2006), Les mécanismes de la violence. États, institutions, individus, Auxerre, Éditions Sciences ‎humaines.‎

Nahoum-Grappe, V. (2002 ), «Anthropologie de la violence extrême: le crime de ‎profanation», Revue internationale des sciences sociales, vol. 4, no174, p.601-609.‎

Sémelin, J. (2000), «Introduction», in J. Sémelin (dir.), Rationalités de la violence ‎extrême, Critique internationale, vol. 6, p.122-124. ‎

Sémelin, J. (2002), «Introduction. Violences extrêmes: peut-on comprendre?», Revue ‎internationale des sciences sociales, vol. 4, no174, p.479-481.‎

Sémelin, J. (2012), Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, ‎Points. ‎

Sironi, F. et R. Branche (2002), «La torture aux frontières de l'humain », Revue ‎internationale des sciences sociales, vol. 4, no174, p.591-600.‎

Wieviorka, M. (2004), La violence, Paris, Balland.

Téléchargements

Publié

2020-10-25

Numéro

Rubrique

Entrées