Émeutes

  • Alain Bertho
Mots-clés: Révolution, Mobilisation sociale, Soulèvement, Violence, Corporalisation de la politique

Résumé

L’émeute est-elle « innommable » ? Constituant un terrain d’affrontement sémantique, l’émeute surgit toujours quand les catégories courantes qui structurent l’espace public sont mises à l’épreuve d’une recherche de nouveaux répertoires d’action et d’interlocution. Cette entrée propose une analyse lexicale et contemporaine de l’émeute à travers différents événements contestataires du 21ème siècle.

Références

Badiou, A. (2011), Le réveil de l’histoire, Paris, Lignes.

Abensour, M. (1997), La démocratie contre l'État. Marx et le moment machiavélien, Paris, PUF.

Bertho, A. (2009), Le temps des émeutes, Montrouge, Bayard.

Bertho, A. (2016), Les enfants du chaos, Paris, la Découverte.

Boidy, M. (2016), «Le black bloc, terrain visuel du global», Terrains/Théories: http://journals.openedition.org/teth/834; DOI: https://doi.org/10.4000/teth.834.

Butler, J. (2015), Rassemblement. Pluralité, performativité et politique, Paris, Fayard.

Graeber, D. (2014), Comme si nous étions déjà libres, Montréal, Lux.

Hobsbawm, E. (1959), Primitive Rebels, Manchester, Manchester University Press.

Comité Invisible (2017), Maintenant, Paris, La Fabrique.

Nicolas, J. (2002), La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil.

Tilly, C. (1986), La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard.

Tilly, C. (1984), «Les origines du répertoire d'action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne», Vingtième siècle. Revue d'histoire, vol. 4, no1,‎ p.89-108.

Tournier, M. (2004), «Émotion populaire, petite note lexicologique», Mots. Les langages du politique, no75: http://journals.openedition.org/mots/3483; DOI: https://doi.org/10.4000/mots.3483.

Waddington, D., M. King et F. Jobard (2009), Rioting in the UK and France: A comparative analysis, Cullompton, Willan Publishing.

Publiée
2020-12-19
Rubrique
Entrées